Comment améliorer les performances énergétiques de vos fenêtres ?

Vous pensez qu’en restant chez vous, vous allez être à l’abri du froid ? Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Dans certains logements, l’air s’introduit facilement à l’intérieur en passant par les fenêtres. La température diminue considérablement, ce qui oblige les habitants à augmenter le chauffage : une démarche qui finit par chiffrer sur leurs factures. Dans cet article, nous vous proposons alors 5 solutions pour améliorer les performances énergétiques de vos anciennes fenêtres.

Solution 1 : opter pour de nouvelles fenêtres

Cette option est la plus radicale de toutes. Nous avons donc décidé de vous la présenter en premier avant d’aborder des solutions plus souples. Si vous avez constaté que vos fenêtres laissent l’air froid pénétrer dans votre maison, vous pouvez prévoir des travaux pour les remplacer avec des dispositifs plus performants. Avant de prendre cette décision, examinez bien les huisseries pour évaluer leur état. Vous pouvez ainsi conclure pourquoi ces fenêtres présentent ces défauts d’isolation. Le problème peut se situer au niveau du vitrage Dans ce cas, il va falloir opter pour des vitres fabriquées dans des matériaux plus performants.

Faites alors appel à un professionnel des portes et fenêtres à Bruxelles pour déterminer si le double ou le triple vitrage convient davantage pour remédier au souci des pertes énergétiques. Néanmoins, vous devez être conscient, avant d’opter pour cette solution, que cela vous coûtera une somme non négligeable d’argent. Entre le prix des fenêtres, la dépose, la pose et la main-d’œuvre, vous devez prévoir jusqu’à 1000 euros par unité. Cependant, si vous pensez que cette alternative est votre meilleur recours, sachez que vous avez la possibilité d’obtenir une subvention étatique dans le cadre des rénovations énergétiques. Avec l’aide et l’accompagnement du prestataire que vous aurez choisi, vous devez constituer un dossier complet et l’envoyer aux instances concernées après avoir bien vérifié votre degré d’éligibilité.

Solution 2 : remplacer la cadre des fenêtres

Le dormant des fenêtres en bois peut, en effet, réduire la dissipation de l’air. Cependant, cette solution n’est pas la plus efficace qui soit en l’absence d’un double vitrage. Les propriétaires qui optent pour cette option y voient le moyen le moins cher pour empêcher les nuisances sonores de s’introduire à l’intérieur tout en augmentant légèrement le niveau de confort thermique. Si les dormants de vos fenêtres sont fabriqués en bois, sachez que ce matériau se caractérise par ses faibles performances en termes d’isolation. Songez alors à les remplacer avec un dispositif en :

  • Aluminium : Le dormant en aluminium se distingue par sa robustesse et sa facilité d’entretien. Il convient toutefois de signaler que sa capacité d’isolation est minime et qu’on le choisit surtout pour sa large variété de couleurs et son rendu esthétique d’une modernité incontestable.
  • PVC : Le dormant en PVC présente de très grandes performances d’isolation. Mais son point fort incontestable demeure son rapport qualité/prix qu’aucun autre matériau ne peut égaler.

Conclusion : Le dormant en PVC semble remporter le suffrage lorsqu’il s’agit d’isoler d’anciennes fenêtres. Cependant, assurez-vous que le coefficient de conductivité Uf est le plus faible possible. Ce critère permet de déterminer le niveau d’isolation du matériau.

Solution 3 : poser du survitrage

Le remplacement du dormant n’a lieu d’être que lorsque celui est en mauvais état. Dans le cas contraire, il vaut mieux le conserver et poser un deuxième vitrage. On parle ici de « survitrage ». Cette technique permet de créer une lame d’air qui vient combler le vide entre les 2 vitrages. Notez que l’espace qui sépare les vitres est le principal responsable de la dissipation de l’air et de la chaleur. Même si cette solution peut faire l’affaire, elle demeure moins efficace que l’installation d’un double vitrage en bonne et due forme. Le survitrage reste toutefois abordable. Comptez alors entre 70 et 120 euros par unité. Si la fourchette des tarifs est aussi large, c’est parce que le prix va dépendre de plusieurs paramètres :

  • La qualité
  • Les dimensions
  • Porte-fenêtre ou baie-vitrée

À savoir : Si cette alternative ne vous convient pas, d’autres solutions s’offrent à vous comme le rideau occultant isolant, le film de survitrage, les volets roulants, etc. Ces démarches peuvent améliorer les performances énergétiques de vos fenêtres de manière moins significative que les autres, mais elles demeurent votre meilleur recours si vous êtes locataire et que vous n’avez pas obtenu la permission du bailleur pour effectuer des travaux de grande envergure.

Solution 4 : boucher les fentes des fenêtres

Il s’agit de la technique du calfeutrage qui ne peut être appliquée que sur des fenêtres en bois. Cela consiste à poser un joint isolant pour boucher les fentes et améliorer ainsi l’étanchéité à l’air et à l’eau. Sachez que vous avez le choix entre différents types de joints et que si vous avez du mal à décider lequel choisir, vous devez demander conseil à un professionnel des portes et fenêtres à Bruxelles. Celui-ci vous recommandera l’une des options suivantes :

  • Le joint en métal : Il doit être fixé sur les huissiers avec des clous. Ce joint est prisé pour sa résistance et ses performances d’isolation satisfaisante même si son prix est relativement cher.
  • Le joint en silicone : Il est flexible et facile à poser. Vous pouvez donc le poser vous-mêmes sans l’intervention d’un spécialiste.
  • Le joint en mousse : Il est suffisamment isolant compte tenu de son efficacité d’isolation. Vous devez donc le changer tous les 2 ans.

À savoir : Pour améliorer l’isolation de vos fenêtres à moindre coût, vous avez la possibilité de combiner plusieurs de ces tactiques. Idéalement, vous pouvez ajouter un survitrage et opter pour un calfeutrage en silicone. Vous obtiendrez ainsi un confort thermique et acoustique satisfaisant sans passer par des travaux coûteux et contraignants.

Solution 5 : poser du papier journal ou du papier aluminium

La pose de papier journal est une solution à court terme. Elle permet de bloquer le passage d’un léger filet d’air froid. Commencez d’abord par détecter les zones d’infiltration en passant votre main sur l’ensemble de la fenêtre. Ensuite, calfeutrez ces zones avec du papier journal plié en 4. Utilisez un ruban adhésif pour une meilleure fixation. Si cette technique permet d’isoler la fenêtre à des endroits spécifiques, l’usage de carton de papier aluminium convient davantage pour isoler le dispositif dans sa totalité. L’aluminium possède des propriétés isolantes qui vous aideront à réduire la dissipation de l’air à l’intérieur de votre maison. Notez que les 2 options que nous venons de citer ne peuvent pas être utilisées de manière permanente et qu’elles vous permettront d’intervenir rapidement en cas de problème ponctuel. Des travaux plus sérieux doivent être effectués dans votre logement pour améliorer efficacement vos performances énergétiques. Sans compte que la pose du papier est disgracieuse et qu’elle compromet l’aspect esthétique de votre intérieur.